Interventions communautaires pour la prévention et le contrôle des MTN non helminthiques

Read the full review here

Les résultats suggèrent que plusieurs interventions communautaires (ICE), notamment l’administration des médicaments, l’éducation sanitaire, les campagnes pour la propreté, la lutte anti vectorielle, l’approvisionnement en eau salubre et les installations d’assainissement, ont le potentiel de prévenir et de contrôler cet ensemble de maladies. Cependant, des efforts seraient nécessaires pour surmonter les obstacles à la mise en œuvre durable, notamment une surveillance, un accès et une couverture améliorés, un engagement gouvernemental de haut niveau et des partenariats solides pour la mobilisation de ressources.

Les infections non helminthiques constituent un groupe de maladies pouvant entraîner de lourdes conséquences sanitaires et économiques.  L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande le contrôle généralisé des vecteurs et la gestion de l’environnement afin de prévenir la propagation des maladies à transmission vectorielle. Cette revue avait pour objectif d’analyser systématiquement l’efficacité des interventions communautaires de prévention et de contrôle des maladies non helminthiques, notamment la dengue, la trypanosomiase, le chagas, la leishmaniose, l’ulcère de buruli, la lèpre et le trachome.  Sur 3 452 titres, 348 textes complets ont été examinés et 62 études ont été incluses (21 ECR et 41 avant et après études).  Les résultats suggèrent que les ICE sont efficaces pour réduire le statut sérologique positif, l’indice « habitation » et l’indice des pondoirs-pièges de la dengue, les taux d’infestation domiciliaire et la sérologie du chagas, l’incidence et le taux de guérison de la leishmaniose cutanée, l’incidence et la détection de la lèpre, du trachome actif et des infections trichromatiques à chlamydia.  En outre, une synthèse qualitative a montré que les approches combinées peuvent promouvoir une couverture plus large et que la prestation intégrée soit plus efficace. La durabilité peut être assurée par la formation d’un nombre important de ressources humaines locales et d’outils de motivation, ainsi que par la participation, les connaissances et l’éducation de la communauté.  La promotion du changement de comportement, les médias et les événements à échelle communautaire, le contexte politique et socioculturel favorable sont également des facteurs essentiels. Les obstacles à la mise en œuvre du programme comprenaient la couverture incomplète de la surveillance, les conditions climatiques, le manque de communauté adéquate et durable et l’identification des quartiers à risque accru d’infestation et de transmission pour des stratégies de contrôle ciblées.  La couverture efficace de la surveillance des maisons fermées ou vacantes reste également à traiter.

Add yours ↓

Comments are closed.