Les anomalies congénitales chez les fœtus et les nourrissons des Américaines ayant des signes d’une possible infection à virus Zika pendant leur grossesse

Read the full review here

Chez les nouveau-nés des femmes qui menaient leur grossesse à terme et qui étaient exposées au risque d’infection à virus Zika, 6 % avaient des anomalies congénitales alors que dans le cas des femmes présentant une infection à virus Zika au cours de leur premier trimestre de grossesse, 11 % des nouveau-nés en étaient atteints – d’où l’importance du dépistage précoce du virus.

Le risque d’infection par le virus Zika est estimé entre 1 à 13 %, aussi est-il nécessaire d’établir son ampleur chez les femmes enceintes. Comme les études précédentes ont porté sur l’infection symptomatique par le virus Zika, le risque pour les femmes asymptomatiques est incertain.

L’étude a pour objet de déterminer la proportion entre les anomalies congénitales chez les fœtus ou les nourrissons, à la suite de l’exposition maternelle au virus Zika par trimestre d’infection potentielle, et les symptômes maternels. Les données ont été tirées du registre américain des infections à virus Zika pendant grossesse, de décembre 2015 à septembre 2016. On a constaté 442 grossesses à terme (l’âge des femmes enceintes varie de 15 à 50 ans, l’âge moyen étant de 28 ans) présentant des signes d’une infection récente à virus Zika. Les anomalies congénitales potentiellement liées au virus Zika ont été observées chez 26 fœtus ou nourrissons (6 % ; 95 % CI, 4 % – 8 %). Les auteurs ont admis qu’il pourrait y avoir un biais de sélection et une imprécision du moment de l’infection.

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment