Précision de l’échographie relative aux tests de référence pour le diagnostic prénatal de la microcéphalie dans le contexte d’une infection par le virus Zika : un examen systématique de la précision des tests de diagnostic

Read the full review here

 Les preuves suggèrent que l’échographie prénatale semble plus précise pour détecter l’absence de microcéphalie que sa présence.

En 2015, une augmentation par 20 fois des cas de microcéphalie néonatale a été observée en association avec l’infection par le virus Zika des femmes enceintes en Amérique latine. Il n’y a pas de consensus international sur le paramètre biométrique fœtal ou sur le seuil pour diagnostiquer assurément la microcéphalie in utero par échographie. Cette revue systématique a évalué la précision des mesures par échographie des paramètres biométriques du fœtus pour le diagnostic prénatal de la microcéphalie. Neuf études ont été incluses. Aucune étude incluant des femmes enceintes infectées par le virus Zika n’a été identifiée. Les estimations combinées de deux études ont montré qu’à 3, 4 et 5 écarts types en dessous de la moyenne, les sensibilités étaient comprises entre 94 et 58% et les spécificités entre 16 et 97% pour le tour de tête, le diamètre occipito-frontal et le diamètre bipariétal. Les valeurs prédictives positives extrapolées pour les grossesses infectées par le virus Zika à des écarts types identiques étaient comprises entre 1 et 16% et les valeurs prédictives négatives étaient supérieures à 99% pour les mêmes paramètres. Cinq études sur sept comprenant des données descriptives ont signalé des taux élevés de faux positifs lors de l’application d’une échographie pour le diagnostic prénatal de la microcéphalie. Toutes les études comprenaient un risque de partialité.

Add yours ↓

Comments are closed.