Suppléments de fer par voie orale pour les enfants dans les zones concernées par le paludisme

Read the full review here

La supplémentation orale ou la fortification en fer pour des enfants vivant dans des pays endémiques de paludisme, avec une dose quotidienne de 80 % ou plus de la dose journalière recommandée pour la prévention d’anémie par l’âge, ne causent pas d’excès de paludisme clinique. Cela vaut pour les population ou l’anémie est fréquente ainsi que pour celles ou ce n’est pas le cas. Dans les zones où les services de gestion et de prévention contre le paludisme ne sont pas disponibles, le fer, avec ou sans acide folique, peut augmenter l’incidence du paludisme. Les traitements au fer augmentent le taux d’hémoglobine.

Les enfants dans les pays pauvres reçoivent généralement des suppléments en fer pour prévenir ou traiter l’anémie. Le parasite Plasmodium qui cause le paludisme exige du fer libre, qui manque aux personnes déficientes en fer. D’où la théorie qui souligne que le manque peut être protecteur (“l’immunité nutritionnelle”) et dans des pays où le paludisme est fréquent, il a été suggéré que la supplémentation en fer augmenterait le risque de paludisme. Cet examen évalue la sécurité de supplémentation en fer pour les enfants dans des zones endémiques de paludisme en ce qui concerne le paludisme, le paludisme sévère, les admissions hospitalières et cliniques ou des morts et ses effets sur la fréquence de niveaux d’hémoglobine et anémie.

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment