Voie nasale versus voie orale pour placer des tubes alimentaires chez les nouveaux-nés prématurés ou de faible poids de naissance

 

Read the full review here

Il n’existe pas de preuves suffisantes quant aux effets de l’alimentation entérale administrée par voie nasale ou orale, sur la tolérance alimentaire, la croissance et le développement, ou sur l’incidence d’événements indésirables chez les bébés prématurés ou de poids insuffisant à la naissance. Suite à un essai clinique de petite envergure, aucun effet sur les délais de mise en place d’une alimentation entérale ou sur les délais  pour reprendre le poids de naissance n’a été noté,  toutefois  l’essai clinique peut avoir été trop restreint pour déceler des effets d’ampleur modeste. Un autre petit essai clinique n’a révélé aucune différence significative sur l’incidence de l’apnée, désaturation et bradycardie au cours de la période testée.

Chez les nouveaux-nés prématurés ou de très petit poids, l’alimentation entérale est la méthode préférée en matière de nutrition. Les tubes peuvent être introduits par voie orale (la bouche) ou insérés dans le nez. Cependant, les deux techniques de mise en place respectives sont associées à des effets indésirables. Par exemple, le placement nasal est associé à des restrictions de la respiration alors que les tubes buccaux sont associés à une stimulation vagale, à une irritation localisée et sont souvent sujet à un déplacement. Le but de cette revue était de déterminer l’effet du placement nasal par opposition au placement oral des tubes d’alimentation entérale sur la tolérance alimentaire, la croissance et le développement et l’incidence des événements indésirables chez les nourrissons prématurés ou de faible poids à la naissance.

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment