Caractéristiques épidémiologiques de la dengue en Amérique latine et dans les Caraïbes

Read the full review here 

Les quatre sérotypes de la dengue circulent régulièrement en Amérique latine et dans les Caraïbes, parfois de manière hyperendémique, ce qui a entraîné une augmentation du nombre d’épidémies et de populations touchées au cours des dernières années, mais l’insuffisance de signalement persiste, d’où une sous-estimation de la charge de morbidité.

Bien que la surveillance épidémiologique nationale existante sous-estime souvent le fardeau de la dengue, elle est suffisante pour suivre les tendances et les épidémies. Les données de l’OPS et de l’OMS révèlent que les quatre sérotypes de la dengue circulent dans la région, mais que l’incidence des cas signalés varie largement.

L’étude vise à caractériser l’épidémiologie récente de la dengue en Amérique latine et dans les Caraïbes (à l’exclusion du Brésil, de la Colombie et du Mexique) en termes d’incidence, de mortalité, de gravité de la maladie, de groupes d’âge touchés, de sérotypes en circulation et d’autres facteurs de risque.

Bien qu’il soit généralement admis que la dengue est une maladie sensible au climat, l’influence réelle sur la transmission est variable. Par exemple, certaines études au Mexique montrent qu’El Niño est fortement associé à la transmission de la maladie et d’autres indiquent qu’il importe peu dans la variabilité interannuelle de l’incidence. Malgré l’intégration généralisée des critères OMS/OPS dans les programmes de surveillance nationale, les rapports varient encore considérablement. De nouvelles méthodes de surveillance sont nécessaires, ainsi qu’une coopération plus étroite entre la surveillance, les interventions et la mise en œuvre de mesures de contrôle pendant les épidémies.

L’étude utilisait plusieurs bases de données pertinentes et incluait également de la littérature grise, mais ne comportait pas de stratégie de recherche complète. La collecte de données a pris fin en 2013, soit trois ans avant la soumission de l’article pour publication. Soixante articles ont été inclus dans la revue de littérature. Les facteurs les plus susceptibles de contribuer à la transmission permanente de la dengue sont la combinaison d’un surpeuplement en hausse, d’une densité de population croissante, de foyers précaires, de problèmes de stockage de l’eau et de l’échec des programmes de lutte antivectorielle.

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment