Demandeurs d’asile, violence et santé : une revue systématique de la recherche dans les pays à revenu élevé

Not open access, request a copy of the publication here. Or view the abstract here.

Les 23 études examinées font ressortir que les demandeurs d’asile sont fortement exposés à de nombreuses formes de violence et à leurs conséquences pour la santé, notamment la torture et les pathologies qui lui sont liées. Toutefois, les conclusions de cet examen sont limitées en raison de l’hétérogénéité des études concernées et de leurs populations étudiées.

Etant donné que les demandeurs d’asile sont souvent persécutés dans leur pays d’origine, beaucoup ont été victimes de violence au cours de leur histoire du conflit. Les auteurs ont cherché à décrire quantitativement l’exposition à la violence chez les adultes demandeurs d’asile dans les pays d’accueil à revenu élevé. Les variables étudiées comprenaient des données quantitatives sur la violence physique, la torture, la violence sexuelle, le suicide et l’automutilation, ainsi que leurs corrélats respectifs sur la santé. Les conclusions sur les violences sexuelles et l’automutilation sont limitées, puisque la plupart des études présentent des données agrégées par sexe. Les conclusions de cet examen au sujet de la torture étaient les plus importantes dans la mesure où au moins 30 % des populations de participants dans chaque étude avait subi des actes de torture. Les antécédents de torture étaient également corrélés avec la faim et le syndrome de stress post-traumatique dans de petits échantillons non représentatifs. Cependant, les études incluses étaient très hétérogènes à la fois en termes de population étudiée et de corrélats examinés. À ce titre, les auteurs remarquent que d’autres recherches sont nécessaire pour confirmer les conclusions.

Add yours ↓

Comments are closed.