Épidémiologie de la toxicomanie chez les migrants forcés : revue systématique et globale

Read the full review here

Soixante-trois études ont été analysées afin de déterminer, à ‘échelle mondiale, l’épidémiologie de la toxicomanie chez les migrants forcés.  Alors que les résultats étaient limités en raison du manque de données, les résultats suggèrent un plus grand besoin d’interventions et de recherches liées à la toxicomanie.

Les migrants forcés peuvent être à une population à risque pour l’abus de substances intoxicantes comme mécanisme d’adaptation pour les expériences traumatiques, troubles mentaux concomitants, défis d’acculturation ou inégalité économique. Sept bases de données pertinentes ont été analysées en septembre 2015 pour identifier des articles originaux de pairs décrivant les résultats liés à l’alcool ou aux drogues illicites utilisées parmi les migrants forcés dans le monde. La majorité des études a été menée auprès de réfugiés dans des milieux à revenu élevé. Les estimations de la prévalence de la consommation dangereuse / nocive d’alcool de la plus haute qualité variaient de 17% à 36% dans les camps et de 4% à 7% dans les milieux communautaires. Peu d’études ont recueilli des mesures validées de l’usage de drogues illicites. Les auteurs concluent que, tandis que d’autres recherches sont nécessaires, les résultats suggèrent que les interventions d’utilisation de substance peuvent être bénéfiques pour les migrants forcés.

Add yours ↓

Comments are closed.