Immunisation passive post-exposition pour la prévention de la rubéole et du syndrome de rubéole congénitale

Read the full review here

On ne dispose pas de suffisamment d’éléments probants pour tirer des conclusions directes sur l’efficacité de la vaccination passive post-exposition dans la prévention du syndrome de rubéole congénitale. 

L’infection par la rubéole en début de grossesse peut entraîner une fausse couche, la mort du fœtus ou une anomalie congénitale. Cette revue évalue 12 études (430 participants) pour l’efficacité de l’injection intramusculaire ou de la perfusion en intraveineuse d’immunoglobulines polyclonales de sérum humain ou d’origine plasmatique dans la prévention de la rubéole et du syndrome de rubéole congénitale lors d’une administration à des personnes exposées avant le début de la maladie. ceux qui reçoivent des anticorps sont 39% moins susceptibles de développer une rubéole que ceux qui ne reçoivent pas d’anticorps. Dans une analyse des sept études (89 participants) où les participants avaient été en contact avec la rubéole jusqu’à cinq jours auparavant, les sujets ayant reçu les doses les plus élevées utilisées dans le cadre de ces études avaient 80% moins de risques de développer la rubéole que ceux non immunisés. Une seule étude incluait des femmes enceintes. Les études évaluant la prévention de la rubéole étaient de qualité moyenne en raison de problèmes de méthodologie et du nombre assez faible de participants. Par rapport à l’absence de traitement, l’immunisation passive semble être bénéfique pour la prévention de la rubéole. Les preuves disponibles suggèrent que cette opération peut être bénéfique jusqu’à cinq jours après l’exposition et que l’efficacité dépend d’une dose suffisante. 

 

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment