Présence et persistance de la maladie à virus Ebola ou Marburg chez les patients et les survivants

Read the full review here

Le contact avec du sang et des fluides corporels sanguinolents reste le principal risque de transmission de la maladie.

Le filovirus a été trouvé dans la plupart des types de fluides corporels, mais pas dans tous les échantillons de nouveaux cas confirmés. Seuls 145 cas présentaient un virus détectable dans le sang après 16 jours de maladie. Le résultat positif le plus tardif a été obtenu au 29e jour de maladie. Deux études sur l’allaitement maternel ont donné des résultats contradictoires. Les résultats sont complexes eux aussi dans le cas du sperme et de la grossesse.

Cette analyse a identifié des analyses de détection du filovirus dans les fluides corporels de personnes infectées et de survivants. L’objectif était de trouver des données primaires suggérant une forte probabilité d’infection active par le filovirus dans les fluides corporels humains (ARN viral). Les fluides corporels extraits plus de 16 jours après le début de la maladie étaient généralement négatifs à la présence du filovirus. Dans les six études qui ont utilisé à la fois des tests RT-PCR et des cultures tissulaires,les premiers ont donné des résultats positifs environ quatre fois plus souvent que les secondes.

Après la présélection, 33 études étaient admissibles. Les données comprenaient les résultats de mêmes patients rapportés dans différentes études et contenaient des informations imprécises sur le nombre de jours de maladie. Les résultats les mieux établis sont ceux du sang et de la salive. Ceux du lait maternel, des vomissures et des expectorations sont peu fiables, car fondés sur des échantillons trop peu nombreux. Aucun échantillon de sperme n’a été étudié avant le 32e jour de maladie. La présence de virus activement infectieux dans les fluides corporels a été rapportée de six manières différentes.

Add yours ↓

Comments are closed.