Répulsifs enregistrés auprès de l’EPA pour les moustiques transmettant une maladie virale émergente

Read the full review here [Note: Review not currently free access.]

La picaridine, un répulsif classique, dispose des données les plus fiables pour étayer son utilisation en deuxième intention contre les moustiques. L’IR3535 et l’huile d’eucalyptus citronné sont des produits naturels raisonnablement efficaces. Quant à la citronnelle, à l’herbe à chat et au 2-undécanone, soit ils n’offrent qu’une protection limitée, soit ils ont peu de données.

Les moustiques représentent une menace potentielle pour la propagation des maladies virales, y compris le virus Zika. Les moustiques des espèces Aedes aegypti, Aedes albopictuset Culex , endémiques aux États-Unis, peuvent en transmettre toute une variété. Une revue systématique de la littérature a été réalisée afin de recenser les répulsifs à usage personnel enregistrés auprès de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) qui offrent la meilleure protection contre les moustiques de espèces A. aegypti, A. albopictus et Culex. Les données ont été extraites de 62 rapports publiés sur les antimoustiques et enregistrés auprès de l’Agence de protection de l’environnement (EPA). La qualité des études n’a pas été prise en compte. Les données se sont avérées très hétérogènes quant à la taille de l’échantillon (généralement petit), aux contrôles, à la conception de l’étude, au produit spécifique, à la densité et aux espèces des moustiques, ainsi qu’à l’environnement.

Add yours ↓

Comments are closed.