Une revue de la littérature sur le virus Zika

Read the full review here

Les résultats révèlent que des recherches plus approfondies sont nécessaires dans les domaines suivants : les « vecteurs et réservoirs » du virus, la pathogenèse, la diversité génétique et les effets synergiques potentiels de la co-infection par d’autres virus en circulation.

Le virus Zika est un flavivirus initialement identifié chez les moustiques Aedes africanus de la forêt de l’Ouganda. Cependant, des études chez l’homme suggèrent qu’il est répandu dans toute l’Afrique, l’Asie et l’Océanie. En outre, les infections au virus Zika symptomatiques au cours de l’histoire étaient limitées à des cas sporadiques ou à de petits groupes de patients symptomatiques, mais en 2007, la première épidémie majeure d’infection par le virus Zika s’est produite à Yap. Cette revue contextualise l’épidémie du virus Zika dans les Amériques et identifie les manques de connaissance. Les résultats suggèrent qu’il subsiste une incertitude quant aux vecteurs viraux, à l’épidémiologie et à la pathogenèse et que de nouvelles donnéessont nécessaires ; le diagnostic reste sous-optimal ; les mesures de prévention (en particulier la lutte antivectorielle) sont une priorité actuelle ; et d’autres recherches entomologiques sont nécessaires pour définir la gamme de vecteurs du virus Zika et identifier de nouvelles zones où une transmission autochtone pourrait avoir lieu. Des investissements sont également nécessaires pour la mise en œuvre de mesures de contrôle durables, telles que des plates-formes vaccinales adaptables aux arbovirus, puisqu’aucun vaccin contre le virus Zika n’est à un stade de développement avancé. Enfin, certains aspects de la pathogenèse du virus restent flous. Compte tenu des informations faisant état d’une possible transmission du virus Zika par transfusion, la pandémie aurait également des conséquences sur l’approvisionnement en sang dans les régions endémiques et non endémiques.

Add yours ↓

Comments are closed.