Vaccinations chez les migrants et les réfugiés : un défi pour les systèmes de santé européens

Read the full review here

Cinquante-huit articles ont été inclus dans une synthèse qualitative pour évaluer la fréquence des maladies à prévention vaccinale et la couverture vaccinale chez les migrants et les réfugiés en Europe. Les résultats ont montré que les migrants et les réfugiés ont des taux de vaccination inférieurs à la population de souche européenne.

Des études ont montré que les pays d’origine des migrants et des réfugiés ont diminué les taux d’immunisation. Un examen systématique qualitatif a été réalisé afin d’évaluer la fréquence des maladies à prévention vaccinale, ainsi que la couverture vaccinale, entre les migrants et les réfugiés en Europe. Cinquante-huit articles ont été extraits des bases de données Medline et Cochrane. Les maladies analysées comprenaient la rougeole liée à l’hépatite B, la rubéole, les oreillons, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, la diphtérie, la méningite et la varicelle. Bien qu’il y ait eu des données insuffisantes pour plusieurs des maladies analysées, plusieurs études ont conclu que les taux d’immunisation des migrants et des réfugiés étaient inférieurs. Les raisons des plus faibles taux de vaccination incluent une faible couverture vaccinale dans le pays d’origine, une constante migration empêchant l’administration de plusieurs doses, l’absence d’enregistrement du patient et le manque de coordination des autorités de santé publique. Les auteurs recommandent un suivi accru du statut vaccinal lors de l’entrée en Europe.

Add yours ↓

Comments are closed.