Voies d’administration du glucose pour l’hypoglycémie symptomatique dans le premier secours

Read the full review here

Pour l’administration du glucose, d’après les données actuelles (1), la voie orale  semble être la voie privilégiée par rapport à la voie buccale (2): les gels de dextrose administrés par les voies combinées orale et muqueuse buccale peuvent être aussi efficaces que le glucose par voie buccale pour la hausse de la glycémie, et (3) l’administration sublinguale pourrait être préférable à l’administration orale pour le contexte très spécifique des enfants présentant une hypoglycémie et des symptômes cliniques modérés de malaria ou des infections respiratoires concomitantes et une difficulté potentielle à déglutition.

L’hypoglycémie, ou une insuffisance de sucre dans le sang, est fréquente chez les personnes atteintes de diabète, mais peut également survenir chez d’autres personnes en raison d’un déséquilibre dans la régulation du sucre dans le sang. Les symptômes d’une hypoglycémie légère ou modérée sont, par exemple, des tremblements, des étourdissements, de la transpiration ou de la nervosité. Les premiers soins pour cette condition sont habituellement administrés par le patient lui-même mais sont souvent administrés par la famille ou des amis, et les comprimés de glucose par rapport aux formes alimentaires de sucre comme les jus, bonbons ou bandes de fruits secs ont donné de meilleurs résultats pour une résolution des symptômes. Le glucose peut être administré par voie orale (avalé), mais aussi à l’intérieur de la joue contre la muqueuse buccale (“administration buccale”), sous la langue (“administration sublinguale”) ou par voie rectale. Dans les trois derniers modes de traitement, le glucose n’est pas avalé comme par la voie orale.

L’administration de sucre sous la langue (sublinguale) a entraîné une augmentation plus importante de la glycémie après 20 minutes que l’administration de sucre par voie orale, mais dans un contexte particulier, notamment chez les enfants atteints d’hypoglycémie et présentant des symptômes concomitants de paludisme ou d’infection des voies respiratoires. D’autre part, l’administration de glucose par voie buccale a entraîné une concentration plasmatique de glucose inférieure à celle obtenue par voie orale. Dans le cas du gel de dextrose (où l’absorption du glucose se fait par une combinaison de déglutition orale et par la muqueuse buccale), aucun avantage clair n’a été démontré comparativement à l’administration orale de glucose (comprimés de glucose ou solutions de glucose). La plupart des études n’ont pas fait état du délai de résolution des symptômes, de la résolution de l’hypoglycémie définie par la glycémie au-delà d’un certain seuil, du délai de résolution de l’hypoglycémie, des événements indésirables et du délai de traitement.

Les données probantes sont d’une certitude très faible en raison des limites de la conception de l’étude, du peu d’études et du petit nombre de participants aux études, et parce que la moitié des études ont été réalisées avec des volontaires sains plutôt qu’avec des personnes présentant une hypoglycémie pathologique.

Add Comment Add yours ↓

Submit a comment